top of page

Une histoire sous-jacente

Ma propre expérience Darwinienne

 

D'abord sur un cheminement pour aller en médecine, j'ai eu l'opportunité de rejoindre un groupe de 16 étudiants aux îles Galápagos, un microcosme de l'histoire de la vie, où la théorie de l'évolution a été décrite par Charles Darwin au 19ème siècle. Cet archipel, abritant un nombre d'organismes vivants fort similaires (mais en quelque sorte très uniques) à ceux trouvés sur le continent à 1000 kilomètres à l'est, est devenu la source d'inspiration d'une histoire qui informe encore nos interactions avec la biologie et les différences entre espèces, y compris les humains!

Un iguane marin des Iles Galapagos

Passer un total de deux mois dans le berceau de la théorie de l'évolution a nourri ma passion cachée pour l'écologie et ses histoires à raconter. C'est quelques jours avant de partir pour un autre voyage d'un mois aux Galápagos que j'ai décidé de prendre une autre voie. Je voulais aller sur le terrain et raconter des histoires sur tout ce que nous savons et sur le fait qu'il y en a encore plus que nous ne savons pas. Je voulais devenir le messager derrière les histoires que la nature peut nous raconter sur elle-même et, par conséquent, sur nous-mêmes. 

La suite...

Dès ce moment, une série d'expériences anodines et improbables m'ont finalement emmené sur le chemin de la communication scientifique. Des projets dans des écoles avoisinantes à l'époque à des expériences de travail sur la création d'un chapitre d'une agence non gouvernementale locale, j'ai affiné et concentré mes efforts sur la communication de la science avec but premier d'inspirer un changement dans les perceptions et les actions des gens face à l'environnement

Atelier de Biodiversité SCB (Crédit photo : François Brassard)
Charles Plaisir à Orokonui Ecosanctuary


Après un baccalauréat en écologie avec une mineure en études espagnoles en 2018, j'ai pris l'avion pour la Nouvelle-Zélande, une autre destination fascinante pour ses espèces aviaires et reptiliennes uniques, mais encore plus pour son histoire des premières nations, son expertise en conservation et ses initiatives de communication scientifique. Cette pause de 4 mois entre mon diplôme de premier cycle et ma première saison de terrain en Australie a vraiment aidé à identifier le public le plus important pour les initiatives d'enseignement des sciences: les écoliers et leur famille. 

Écosanctuaire Orokonui, Dunedin, Nouvelle-Zélande

Tout en travaillant en production de documentaire dans une maison de production d'histoire naturelle locale, j'ai également travaillé comme éducateur à temps partiel dans un sanctuaire écologique : une zone clôturée de 1,1 kilomètre carré abritant une panoplie d'espèces florales indigène ainsi que plusieurs espèces d'oiseaux dont la plupart sont menacées par les nombreuses espèces exotiques dans le pays. Cette expérience en milieu de la conservation est finalement ce qui a alimenté mon envie d'orienter mon travail vers des audiences plus jeunes.

Un kiwi juvénile
Un kiwi juvénile (Apteryx) à l'écosanctuaire Orokonui
Effects of rainfall, forage biomass, and population density, on survival and growth of juvenile kangaroos

Alors que je traversais la mer de Tasman pour commencer ma première saison sur le terrain en dynamique des populations de kangourous dans le parc national de Wilsons Promontory, en Australie, j'ai appris les bases de la recherche sur les populations de grands mammifères tout en mettant de l'énergie dans la création de contenu pour le grand public. Grâce à des images, des vidéos et des présentations dans des écoles, j'ai développé une histoire permettant aux écoliers d'en apprendre davantage sur ce qui rendait les kangourous si intéressants pour moi, même en tant que scientifique Canadien. 

Deux ans plus tard, j'obtenais un diplôme de maîtrise en écologie et un certain nombre d'histoires courtes à partager avec quiconque souhaitait en savoir plus sur les kangourous. Voir la vidéo ci-dessus pour un court échantillon de mon travail de communication.

Dans ma classe de biologie, St Paul's School (NH)
Dans ma classe de biologie, St. Paul's School, Concord (NH)

Vers la fin de la pandémie, j'ai décidé de retourner dans mon alma mater, St. Paul's School, en tant qu'enseignant et étudiant de UPenn à la maîtrise en éducation, ce qui m'a donné l'opportunité d'enseigner la biologie et les sciences de l'environnement à des enfants du monde entier. J'ai également été entraîneur de soccer et de hockey. Cette expérience a fourni des bases supplémentaires à mon travail visant un public diversifié, y compris les enfants d'âge scolaire. Pendant mon temps libre, de nombreuses excursions photographiques m'ont finalement aidé à me familiariser avec les oiseaux d'Amérique du Nord chose que j'attendais depuis longtemps!

bottom of page